vendredi 21 octobre 2011

La ville émeraude

 

                                           Grandiose dans l'espace une ville émeraude
                                           envoûtera le vide et la lumière étrange.
                             On raconte aujourd'hui que l'esprit sans rancune
                             habitera ces lieux en souvenir de nous 
                             Nous!
                             Les mutants de ce monde à se perdre aux espaces
                             des libertés sauvages!
                             Une femme a créé cette ville émeraude
                             la bonté de l'oubli est aux voiles du rêve
                             et le rêve est au vert du silence absolu.
                             On cherche un ange absent, une âme au vent qui passe!
                             Alors ne trouvant rien qui vive,  on imagine!
                             

                             Un être de lumière, sur le tableau flottant
                             souffle souffle sans fin, et pour rendre aux humains
                             cette ville émeraude, il arrache un soleil
                             de son cœur ruisselant! Et l'arbre et puis la fleur
                             et l'amour et l'enfant, et la pluie et le vent
                             l'habitent pour longtemps, en souvenir de nous
                             Jusqu'à la fin des temps!
                                                       
                                                       Irène de Saint-Christol

peinture d' Annibel
                        Extrait du recueil  :  "Visions désincarnées"
                                                                                      (poèmes pour Annibel)
                                  éditions :Arte Triveneneta

3 commentaires:

Claudine de Faÿ a dit…

avec plaisir je rejoins ce blog et suis ravie que vous ayez eu cette idée,votre maman était une grand poètesse que j'aurais eu plaisir à rencontrer tant ces mots résonnent en moi et tant ils sont d'une modernité foudroyante.

kikilou a dit…

Une très belle idée. Je ne connaissais et c'est par le blog Océan de Fleurs que j'ai pu approcher son oeuvre.
Merci à vous.
Très belle et bonne journée !

Anonyme a dit…

J'ai connu Irène de Saint Christol grâce à Fabienne sa fille, mon amie. Depuis cet être de lumière, cette femme à la fois d'ici et d'un ailleurs qui est celui des poètes, n'a pas arrêté de m'émouvoir. Elle était amoureuse de la vie en sachant combien tout est éphémère. Une grâce particulière se dégage de son écriture. Comme si elle rassemblait en brassées des mots et les jette soudain au vent porteur...Elle ne voulait garder que l'instant...Merci Fabienne.

Jeanne Orient