lundi 25 septembre 2017

"MES AMOURS,MES AMIES
"
Une chanson d'automne, de fin de vacances, écrite par Irène de Saint -Christol, peut être sa préférée..
Extrait du CD "TOURNE LA VIE"
enregistré au studio du petit pont à Maurepas  en 2017

Voix: Fabienne Wind et piano  Françoise Bouttier Caffin....


Il y en a 14 sur ce CD,  cela a été un grand bonheur pour moi de les enregistrer en studio ,avec Françoise au piano .
Et une merveilleuse aventure ..Une filiation retrouvée,complétée ....
Qui chante de Maman ou de moi ? Je ne sais pas...sans doute un peu  les deux....


Le CD est disponible à la vente au prix de 15 euros plus frais de port (4 euros)
Me contacter en messagerie.
Bonne écoute et bel automne à tous .


lundi 22 mai 2017

Anniversaire





En ce jour de ton anniversaire ,Maman, voici ,comme un cadeau "Les violons cassés ". C'est le premier titre du CD "Tourne la Vie "qui va sortir le mois prochain et qui rassemble 14 de tes chansons ,que j'ai eu le bonheur d'enregistrer avec  Françoise Bouttier-Caffin au piano au studio du Petit Pont.

lundi 13 octobre 2014

La fin des mots




              Envoûteuse ensorcelée, je demeure ainsi
              à l'horizontale, aphone et dépassée .
              La fièvre de l'absence a maquillé ma peau
              l'homme est au bout du monde !
              Je prépare une entrée pour l'exil grand ouvert
              je traduis la sortie du monde de la chair
              j'offre encore au silence
              mes cendres insoumises
              et le souvenir du cri sera le fil d'espoir
              d'une chanson d'amour .


             Je suis sans haine et sans regret
             qui est abandonné ?
             Quelques mots insolites
             vont au devant de moi, dans un autre avenir !
             mon âme à s'y glisser, retrouve un autre corps !
 

            Seule, à la verticale et sortie de moi
            inachevée
            la symphonie me laisse entendre
            par lambeaux
            la plainte d'un violon tzigane :
            sanglots humains de races en survie
            au sang bleu des enfants de l'espace !
            L'archet vibre à fond de cale et pénètre
            le coeur par l'aorte qui scande la mesure
            et se prolonge le point d'orgue !...
            L'instant s'écoule et se vide ...
            Moi aussi .


                              Irène de SAINT CHRISTOL
                Extrait de " Au  temps où la femme "
                               Editeur :  J.Navaux
                             

Contre-ut absurde



              Toujours etre soliste
              faute d'avoir trouvé
              l'indispensable duettiste .
              Et les retours sont douloureux
              de ces insolites pénétrations
              aux jardins clos des autres !

              Faute de ne pouvoir continuer droit devant
              c'est l'abandon .
              Et cette rentrée en soi- même
              pour une mélodieuse perfection
              entendue dans la solitude
              et qui ne veux pas mourir
              sans essayer sa voix
              jusqu'au contre ut absurde !

             Contre-ut absurde décroché sans effort
             en l'absence de tous
             Merveilleux équilibre instable des mots !
             Exquise jouissance filant maille aprés maille
             sous le bic obstiné à fixer :
             la phrase lumière !
             Le mot connaisance !
             Le mot "moi".




                       Iréne de SAINT CHRISTOL
                    extrait de "Au temps où la femme"
                                Editeur : J.Navaux 

dimanche 5 janvier 2014

Chaque matin,chaque soir

                       
                       
                          Chaque matin
                          Je recompose la poupée cassée
                          je recolle tous les morceaux
                          chaque matin
                          face à face
                          c'était donc toi ?

                         et chaque soir
                         je l'écrase et  la piétine
                         et lentement j'étouffe tout ce qui en sort :
                         oui, chaque soir .

                         Cependant,
                         ce coeur saigne et s'obstine à fabriquer des fleurs
                         ce murmure du sang allume des étoiles
                         que mes pieds coléreux ne peuvent effacer ;
                         je demeure toujours affamée de lumière
                         et de mots nourrissants

                        Que vienne le sommeil, le sommeil du dedans ...
                        Solitude attendue
                        par la fleur du silence !
                        Arrache, arrache un à un
                        tous ces pétales accouplés
                        avec un masculin !
                        Crache, crache au coeur du parfum
                        du pistil de l'amour !
                        Etrangle et fend le souvenir ,
                        dépèce-le
                        jette tous ces déchets
                        à la poubelledu matin ...

                        Les rats goûteront aux relents des extases !

                                           
                                                                Irène de SAINT CHRISTOL
                                                                Extrait deHorizon brulé "
                                                            Editions Saint- Germain- des- Prés

mercredi 9 octobre 2013

Mea culpa

           


                  Faut il plaider coupable
                  Faire de notre automne un long mea culpa ?
                  Aux longs soupirs du vent qui dépouille l'érable
                  Ployer nos corps meurtris, à genoux sur les pas
                  D'un printemps qui n'en finit pas
                  D'attendre le soleil et d'espérer l'amour ?
                  Tu vois bien,tout s'efface, et fuit aux alentours...
                  Mais je suis, moi, ventre mouvant d'éternités
                  RELIGIEUSEMENT à l'écoute d'un été
                  Qui ne veut pas mourir
                  Et qui renait au jardin des poètes :
                  Il circule en mon sang, y relance l'espoir
                  D'une continuité qui me monte à la tête
                  Et je chante la rose et la clarté du soir
                  Et mon passé sans joie éclate d'innocence !

                  Faut il plaiser coupable
                  Ou bien irresponsable ?
                  Quand la fleur est caresse et qu'amour au parfum
                  Se fait évocateur et recrée la présence
                  Quand nos doubles vivants se retrouvent enfin
                  Par la magie des mots, ou toi, tu me rejoins
                  Je plonge toute entiére au pays de l'enfance
                  Et t'emporte là-bas si léger sur mon coeur...
                  Qu'importe ta faiblesse et qu'importe ma peur ?
                  Puisque nous dépouillant de l'humaine apparence
                  Arrachant la défroque alourdie de souffrance
                  Libres, irresponsables,
                  Nus dans l'impudique chose
                  Jusque dans l'âme insaisissable de la rose... !
                  Je suis le bel été ! et toi ! tu es l'amour !
                                                           
                                                             Irène de SAINT CHRISTOL
                                                             Extrait des "Messes de Soleil "
                                                             Editions La Lucarne Ovale 
                                     

mercredi 22 mai 2013

Présence

               
                                   


 Bassin de la Muette à Élancourt.....Présence !
                                                       
                                                                  
                                                        
               
                                 Des nuages qui font la ronde
                                   Aux arabesques de l'oiseau
                                     Mon cœur au bercement du monde
                                       Va se poser sur les roseaux

                                      Et c'est l'inévitable gare
                                         Où court la vie droit sur la mort
                                           Quand l'ombre est  mauve sur la mare
                                             Où le soleil gâche son or
                   
                                              Que l'aile ardente d'un poète
                                             Emporte mon aura secrète
                                            Vers l'immobile et vif amour !

                                             Au cœur d'une rose trémière
                                           Tout est présence et la lumière
                                          Au fil de toi tisse mes jours !
                   
                                                     Irène de SAINT CHRISTOL
                                                     extrait de  Les Messes du Soleil 
                                                                 édition:La lucarne Ovale